Les frères Mazard, chapeliers lyonnais

Évolution du chapeau en peau de castor, Bibliothèque nationale du Canada, (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Chapeaux_en_peau_de_castor.jpg)

Il arrive parfois qu’au détour d’un paragraphe se cachent des informations intéressantes ou du moins inédites sur quelques lyonnais célèbres.
C’est ce qui s’est passé lorsque je travaillais sur la mention dans les Mémoires de Léonard Michon du décès d’un certain Gabriel Douet dans sa maison, place Bellecour, le 31 mars 1730.

Après avoir détaillé les causes de son décès à l’âge assez jeune de 42/43 ans (“d’une pleurésie et inflammation de poumons après cinq jour de maladie”), notre cher Léonard, comme à son habitude, rapporte quelques faits marquants de la vie du défunt.

Originaire des alentours de Vichy, Douet est un homme de fortune qui ne doit sa noblesse qu’à l’achat d’une charge de greffier en chef au parlement des Dombes qu’il exerce sous le nom de son père, titulaire officiel. Cette charge est en effet anoblissante par privilège du prince souverain des Dombes (Louis-Auguste de Bourbon, duc de Maine). Remontant le fil de sa vie, Léonard Michon explique que Gabriel Douet était un “businessman” accompli ayant profité du système de John Law et des billets de banque pour s’enrichir fortement à Paris. Fortune que Douet investit ensuite dans différentes affaires avec les plus grandes familles lyonnaises (dont les Villeroy).

Le temps des papiers et billets de banque étant venu, il fut à Paris comme bien d’autres et, par ses talents, son industrie et sa bonne fortune, il gagna, dit-on, réellement et de fait 200 mille livres. Cela, avec beaucoup de résolution et de hardiesse, dont il était plein, le fit jeter dans toutes sortes d’affaires. Il prit avec d’autres associés toutes les fermes de cette ville, celles de la principauté de Dombes, de la maison de Villeroy et de l’archevêque, et intérêt dans beaucoup d’autres affaires du roi où il a fait comme on voit un très grand profit.
Car, outre les 450 mille livres environ de biens qu’il laisse en mourant, on peut assurer que, depuis au moins sept ou huit années, il dépensait par an 30 à 40 mille livres.
(Journal historique et politique…, tome 3, ff. 178v-179r)

Pourtant, Gabriel Douet avait commencé en bas de l’échelle sociale comme beaucoup d’autres :

Gabriel Douet avait été d’abord en ce pays domestique chez le sieur Mazard l’ainé, marchand chapelier en gros qui lui fit apprendre le métier de chapelier, lequel il quitta pour prendre quelque emploi ou commission dans les affaires.

Cette mention, outre le fait qu’elle indique une extraction sociale plutôt basse dont L. Michon aime à se délecter, fait émerger le nom de Mazard avec lequel Gabriel Douet aurait commencé sa carrière.

Les lyonnais feront immédiatement le lien avec la rue Mazard située dans le deuxième arrondissement de Lyon, perpendiculaire à la rue de la Charité. Et pour cause, cette rue fait référence à un certain Mazard connu à Lyon pour avoir fait un legs conséquent à l’hôpital de la Charité au XVIIIe siècle1

Ce que l’on sait d’Etienne Mazard2 est assez lacunaire voire erroné3, marchand chapelier, il modernise la fabrication des chapeaux et introduit l’usage de la peau de castor, technique qu’il importa d’Angleterre4.

Concernant les conditions de son legs à la Charité qu’il établit dans un testament de 1735, il demande que son argent serve à constituer la dot des jeunes filles de l’institution5. Ce don a dû faire grand bruit à Lyon à cette époque, de fait j’étais assez certaine d’en trouver mention dans les Mémoires de Michon.

Je partage ici le paragraphe faisant référence au décès d’Etienne Mazard dans le tome 5, année 1736.

Le 27 le sieur Mazard le jeune est décédé1 dans sa maison sise place de Louis le Grand, âgé de 77 ou 78 ans. Il est mort riche, dit-on, de 5 à 600 mille livres de biens. Il a fait des legs à quelques uns de ses neveux et a donné sa dite maison à la maison de la Charité de cette ville avec une somme de 40 mille livres2; à la charge par cet hôpital de marier tous les ans 33 filles qui seront nommées et présentées par quelques curés des paroisses de la ville qui doivent préférer de pauvres filles de
chapeliers, et de leur donner à chacune pour dot la somme de 150 £3.

On ne sait pas si la Charité acceptera ce legs sous cette condition. Il a donné à sa femme, fille d’un nommé Ballet, notaire et commissaire à terrier, qu’il avait épousée par inclination et dont il n’a point eu d’enfant, la valeur de 100 mille livres outre quelques autres jouissances; et a fait le sieur Jean Mazard, son frère aîné, son héritier universel. Cette succession pourra lui valoir, dit-on, 250 mille livres ou environ.
Ces deux frères Mazard étaient fils de Mazard originaire du village de Sainte Catherine près de Riverie en Lyonnais où le père était laboureur. Il vint s’établir à Lyon, y fit le métier de chapelier et fut le premier qui y vendit des chapeaux fins. Il logeait alors dans la rue du Plat d’Argent où il continua son commerce et mourut riche d’ une centaine de mille livres. C’était beaucoup pour ce temps là. Les deux fils continuèrent, et ont continué jusqu’à présent, ce négoce en gros et même en détail, mais noblement et faisant l’un et l’autre de la dépense et une figure honnête dans le monde. Quoiqu’ils fussent séparés de domicile, ils étaient cependant associés. L’aîné est aussi logé à la place de Louis le Grand et a épousé depuis plusieurs années une veuve, aussi par inclination, qui est étrangère4 et dont il n’a point d’enfants. Il a de l’esprit et des manières du monde quoique dans un âge fort avancé. Mazard le cadet était capitaine pennon du quartier du Plat d’Argent et a été enterré en l’église de la Charité.

(notes marginales de l’auteur :
1 Le samedi 26 mai 1736. Son testament, Saulnier notaire à Lyon, est du 21 avril 1735. Etienne Mazard prenait la qualité d’ écuyer, conseiller du roi, contrôleur ordinaire des guerres, négociant et bourgeois de Lyon.
2 Depuis, la Charité a vendu cette maison 40 mille livres au nommé La Roquette, intéressé dans les aides et les fermes de la ville,homme de fortune. Et au moyen de cette somme de 110.000 £ que La Charité place sur la communauté de la ville, elle s’ est mise
en état de pouvoir remplir les conditions du legs qui lui a été fait, et l’a accepté. Cette affaire a été terminée dans le mois de juin de cette présente année 1736
3 De l’agrément néanmoins, à ce qu’on dit, des recteurs et administrateurs du dit hopital de La Charité
4 Du pays de Flandres, et avait demeuré longtemps en Angleterre. Elle s’est fait naturaliser. Son précédent mari s’appelait Belot.)

(L. Michon, Journal historique…, tome 5, ff.84r et 84v)

Avec ces lignes, on sait désormais que son frère aîné se nomme Jean Mazard, et c’est très certainement dans la boutique de ce dernier que Gabriel Douet a commencé.

Jean Mazard suivit son frère dans la tombe à quelques mois d’écart, en août 1736. Voici la mention de son décès dans les Mémoires :

Du 25 [août 1736], décès du sieur Mazard l’ainé, âgé de près de 80 ans. Il a légué à sa femme, qui était veuve d’un nommé Belot, et étrangère naturalisée, la propriété d’une petite maison de campagne située à Fontanière, des meubles, de la vaisselle d’argent, et fait d’autres avantages qui peuvent aller à 60 mille livres en tout; sans compter une pension viagère de 1.500 £ qu’il lui a encore faite. Cette femme a près de 80 ans. Elle a été fort jolie. Elle avait de l’esprit et beaucoup de savoir faire.
De plus, le dit Mazard a légué à Brossette l’avocat, ancien échevin, lequel avait su s’insinuer en son esprit, la somme de 10.000 £ avec ses livres qui, quoiqu’en petit nombre, étaient rares et bien choisis, et ses tableaux, portraits et bronzes. Au sieur Ollivier, receveur général des finances, son ami, une montre d’or; et à un de ses fils qu’il avait tenu sur les fonds, 500 £.
A l’hôpital 5.000 £ et à la Charité 3.000 £. Et il a fait son héritière universelle une nièce mariée à un chapelier avec lequel il entretenait une société dans le commerce. Mazard, dit-on, peut avoir laissé environ 450 mille livres de biens y compris l’héritage de feu son frère. Il était homme de bon esprit, galant homme, avait du goût pour les belles et bonnes choses,
pour la table et la bonne chère, et généreux envers ses ses amis. Tout cela est merveilleux pour le monde mais je crois que, pour la religion, ses sentiments étaient bien philosophiques.

(L. Michon, Journal historique…, tome 5, ff.92v et 93r)

Le dictionnaire des amateurs français du XVIIe siècle en page 208 confirme le don de la bibliothèque de Jean Mazard à Claude Brossette6 . La notice donne la même date de naissance qu’Etienne Mazard en 1660 (des jumeaux ?).

Voilà ce que les Mémoires de L. Michon contiennent sur les Mazard, chapeliers de renom à Lyon.



Citer ce billet
Rosemonde Letricot (2017, 16 août). Les frères Mazard, chapeliers lyonnais. Prosopoly. Consulté le 26 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t1hv

  1. Je renvoie ici à l’excellent site Internet “Rues de Lyon” et à sa fiche concernant la rue en question:  https://www.ruesdelyon.net/rue/696-rue-mazard.html []
  2. Voir sa fiche sur le site de l’édition des Mémoires : http://journal-michon.symogih.org/acteurs/acteur.html?object_key=Actr59634 []
  3. Une faute de frappe dans l’ouvrage de l’abbé Vachet, A travers les rues de Lyon date son décès en 1836, mais il faudrait plutôt lire 1736 []
  4. Abbé Vachet, A travers les rues de Lyon, éd.Bernoux, Cumin et Masson (Lyon), 1902, pp.311-312 []
  5. Voir la réponse donnée par les bibliothécaires de la BM de Lyon : http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?t=39328 []
  6. Edmond Bonnafé, Dictionnaire des amateurs français du XVIIe siècle, Éd. A. Quantin (Paris), 1884. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.