Aux origines du Journal de Lyon

Zetalab - Ecriture Infinie Creative Commons BY-NC-SA

Zetalab – Ecriture Infinie. Disponible sur FlickR Creative Commons BY-NC-SA

Pour celles et ceux qui s’intéressent à la vie lyonnaise du XVIIIe siècle, le Journal de Lyon est sans conteste une source importante à consulter.

Léonard Michon, avocat du Roi au bureau des Finances et échevin de Lyon , a écrit sur près de 30 ans (de 1715 à 1744) de nombreuses notes et descriptions portant sur la vie de ses contemporains. Il ne s’agit donc pas d’un journal intime mais bien d’un journal historique qui décrit les faits marquants s’étant produits à Lyon. La diversité des thèmes abordés rend compte non seulement de l’esprit vif et curieux de Léonard Michon, mais surtout de son désir de transmettre une image relativement précise de son temps, qui le conduit a noircir les pages de 7 volumes de 200 à 300 feuillets chacun1 .

Dans un avertissement en préambule du Journal, Léonard Michon révèle l’origine de son entreprise littéraire :

« J’ay dit, dans l’avertissement qui est à la tête de ce volume qui commence par les Mémoires de Mr Henri François Lambert d’Herbigny, intendant de la généralité de Lyon, que c’étoient ces mêmes mémoires qui m’avoient donné l’idée de faire un journal historique de ce qui se passeroit de plus remarquable dans la ville de Lyon et dans la province; et qui feroit une espèce de suite à ces premiers mémoires. »  L. Michon, Journal de Lyon, Tome 1, f.269 2°

Effectivement, le premier tome du Journal débute par la copie intégrale des Mémoires d’Henri-François Lambert d’Herbigny, intendant de la Généralité de Lyon de 1694 à 1701 ; texte dont Michon précise la provenance :

« Ces mémoires manuscripts de Mr Lambert d’Herbigny ont été écrits par un copiste ou écrivain à gages, sur la copie originale de Mr Pianello de la Valette, dont il y a plusieurs autres copies dans Lyon. »
Ibid., Tome 1, f.II (non folioté)

L. Michon inscrit son travail dans la continuité d’une histoire générale du Lyonnais et va jusqu’à créer une continuité physique en fusionnant dans un même volume ses Mémoires historiques à ceux de l’intendant d’Herbigny2 . Pourtant, les deux textes diffèrent en de nombreux points, autant par le style, le contenu que la destination. En effet, l’un est un rapport demandé à tous les intendants du royaume par Louis XIV pour servir à l’instruction du Dauphin. D’Herbigny l’a rédigé sur la base d’un questionnaire qu’il avait envoyé au clergé des provinces du Lyonnais, Forez et Beaujolais3 . L’autre est une observation relativement personnelle du quotidien des milieux de pouvoir de la ville tel qu’il est vécu par l’un de ses protagonistes. La proximité et la sincérité qui émanent du récit de Michon l’éloignent indubitablement du rapport solennel, quasi-administratif de l’intendant.

On peut trouver dans son Avertissement les raisons d’une telle proximité :

Les motifs que j’ay eus pour dresser ces mémoires ont été, premièrement de m’occuper & de remplir bien des momens qui sont vides dans la vie.

[…]

J’ay eu en veûë principalement l’instruction de ma famille et de mes enfans, entre les mains desquels j’espère que ces mémoires resteront. Et c’est pour cela que j’y ay souvent mêlé des traits & des réflexions sur l’usage de la vie, & sur le commerce du monde; & que faisant voir le caractère des hommes, je me suis aussi développé moi-même pour me faire connoitre à eux tel que je suis, & plus souvent encore tel que je devrois ou que je voudrois être.

Ibid., Tome 1, f.269 2°v

Laisser une trace, oui, mais pas de n’importe quelle manière. Il avoue plus loin :

A l’égard de la certitude des faits et des évènements, comme je n’ay jamais perdu de veuë ce grand principe que la vérité est l’âme de l’histoire, aussi n’ay-je rapporté que ceux qui se sont passés sous mes yeux ou qui sont d’ une notoriété publique ou que j’ay appris de plusieurs personnes dignes de foy

Ibid., Tome 1, f.269 3°

L’Histoire (avec un grand H) qu’il souhaite transmettre à ses descendants doit s’écrire au plus près de la réalité. C’est pourquoi, il complètera son texte de nombreuses notes marginales pour rétablir la vérité sur certains faits ou nuancer certains portraits à l’acide pour lesquels sa plume se laisse parfois emporter par la rancœur ou l’amertume.

Ce Journal n’est pas le seul travail réalisé par Michon au cours de sa vie. On lui doit notamment un Armorial complet des officiers du Bureau des Finances de la Généralité de Lyon où l’on suit les successions de charges au fur et à mesure de leur création/disparition. Il a également participé à la parution des Almanachs de Lyon.

L’édition du Journal de Michon fait partie du travail de doctorat que je mène actuellement. Il est prévu qu’une version numérique de l’ensemble de l’œuvre soit librement disponible sur un site Internet. En attendant que ce site voit le jour, je profiterai de ce carnet pour livrer des citations et mes commentaires sur quelques anecdotes curieuses et récits marquants du Journal.

  1. Pour une description du Journal voir : M.-A. Privat-Savigny, Lyon au XVIIIe : un siècle surprenant : [exposition, musée d’histoire de Lyon, 22 novembre 2012 – 5 mai 2013], Somogy : Musées Gadagne / impr. 2012, cop. 2012

    Georges Cuer, « Léonard Michon, chroniqueur lyonnais du XVIIIe siècle », Union des Sociétés historiques du Rhône, Actes des journées d’études 1993, Amplepuis et sa région, p.71-86. []

  2. Une édition critique du texte est disponible sous la référence suivante : Jean-Pierre Gutton (dir.), L’Intendance de Lyonnais, Beaujolais, Forez en 1698 et en 1762 : édition critique du mémoire rédigé par Lambert d’Herbigny et des observations et compléments de La Michodière, Paris : CTHS , 1992 []
  3. Neufbourg Gonon et Gonon, « Le questionnaire de Lambert d’Herbigny intendant du Lyonnais (1697) », Revue d’histoire moderne et contemporaine (1954-), T. 3e, No. 2 (Apr. – Jun., 1956), pp. 138-155 []

2 réflexions au sujet de « Aux origines du Journal de Lyon »

  1. weber janine

    j’attends la numérisation du journal de M.Michon ? A quel date pourrons nous consulter sur internet ? merci pour votre réponse

    Répondre
    1. Rosemonde Letricot Auteur de l’article

      Bonjour, désolé pour la réponse tardive. L’édition en ligne du Journal sera disponible d’ici 2017 sur la plateforme des éditions XML du LARHRA (http://xml-portal.symogih.org/web_publications.html), le contenu de l’année 2015 est déjà disponible mais reste à l’état de prototype. Si vous souhaitez des informations précises sur l’édition, vous pouvez me contacter personnellement par mail à rosemondeletricot[at]hotmail[point]fr

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *