3, 2, 1… GO !

Après avoir changé quinze fois la photo d’en-tête, testé la mise en forme du site avec la colonne à droite, puis à gauche, pour finalement la remettre à droite, changé la couleur des liens du rose fluo au vert eucalyptus, bidouillé tous les réglages de l’interface admin de WordPress…arrive fatalement le moment où il faut se lancer dans l’écriture. L’exercice est

difficile. L’angoisse de la page web blanche arrive, alors qu’il y a encore quelques semaines, en remplissant le formulaire d’Hypothèses pour créer ce blog de doctorant, se bousculaient des tonnes d’idées de billets dans ma petite tête de thésarde, une vraie cacophonie mentale ! Aujourd’hui c’est silence radio, je remercie mes neurones de m’abandonner lâchement au moment où j’ai le plus besoin d’eux.

Par où commencer alors ? Peut-être par une brève présentation. Je m’appelle Rosemonde et je viens de débuter une thèse en histoire moderne. Enfin quand je dis que je viens de commencer, c’est à relativiser dans le sens où ça fait DÉJÀ 8 mois que je travaille dessus. Ah oui, déjà !!! S’il y a bien une chose qu’on apprend rapidement en commençant un doctorat, c’est que le temps passe beaucoup plus vite pour un thésard que pour le commun des mortels. Quand un thésard prévoit en 3 jours pour faire quelque chose, c’est sûr que deux semaines plus tard il est encore dessus, parce qu’entre temps il aura mis son pied dans des pièges à loup chronophages que sont le rayon « Revues scientifiques » de sa bibliothèque préférée, les dépôts HAL des spécialistes de son domaine, la machine à café de son labo, ou pis encore il sera tombé dans la plus grande faille temporelle de l’univers : sa boîte mail (et peut-être un peu aussi sur Ciel mon doctorat). J’ajouterai désormais le blog Hypothèses à cette liste, voyant que ça fait déjà plus de 2h que je suis attelée à l’écriture de ce premier billet alors que je m’étais jurée de le faire en 1h grand max.

Tout ça pour dire qu’il y a « un certain temps », j’ai commencé une thèse qui a la particularité d’être hybride dans la mesure où je fais l’édition numérique d’un manuscrit du XVIIIe siècle. Bon, je dois préciser que le manuscrit en question est composé de 7 volumes d’environ 200 feuillets chacun (maintenant que l’écriture est lancée, je me réserve un nouveau billet pour le présenter plus en détail). Les pros du domaine vous diront que c’est déjà une belle bête à éditer, surtout quand on doit le traiter à la main. Avec mes 7 volumes sur les bras, je dois produire une édition en ligne du texte, c’est-à-dire créer un site web où le contenu du manuscrit sera disponible en ligne. Jusque là, tout va bien ! Là où les choses deviennent sérieuses, c’est que cette édition devra être interactive. Non seulement par rapport à la structure du texte (identifier les divisions, les paragraphes), mais aussi par rapport à son contenu (les personnages, les lieux, les dates, les différentes informations rapportées). C’est là que ça se complique.Text Encoding Initiative Pour accomplir cette tâche, j’utilise l’XML (eXtensible Markup Language) et plus précisément un encodage XML/TEI. La TEI est un ensemble de balises dédiées à la description de texte. Pour schématiser, je transcris un texte du XVIIIe dans un fichier XML que j’enrichis ensuite en balisant son contenu. Pour donner un exemple, grâce à ce balisage, je déclare que telle chaîne de caractères est une date <date>, une personne <name type= »person »> ou un lieu <name type= »place »>, etc.

Indiquer dans l’édition numérique que « Léonard Michon » est une personne n’a pas grand intérêt si cela ne permet pas d’accéder à un minimum d’informations sur le susnommé. Aussi, j’utilise en parallèle une base de données pour collecter toute l’information sur les personnes, lieux et institutions cités dans le manuscrit. Ce n’est pas ma base de données personnelle, mais celle de mon laboratoire (le LARHRA) qui a mis à disposition de ses chercheurs, ingénieurs et doctorants une infrastructure numérique (la BHP, base d’hébergement de projets) pour centraliser, héberger et valoriser l’information scientifique. Cette base collaborative est assez modulaire pour permettre à chaque utilisateur d’entrer les données issues de sa recherche quelle que soit sa thématique ou sa période historique. Pour plus d’infos, je renvoie à la page du Pôle Histoire Numérique du LARHRA mais surtout à la présentation de la méthode « SyMoGIH » faite par Pierre Vernus et Francesco Beretta dans les Carnets du LARHRA 2012-1.
Si je récapitule, j’ai désormais un texte du XVIIIe balisé en XML/TEI d’un côté, et une base de données pleine d’informations intéressantes de l’autre. Comment lier les deux ? Tout se passe au niveau des balises XML/TEI auxquelles j’ajoute pour chaque information l’identifiant unique correspondant dans la base de données. Pour reprendre l’exemple de <name type= »person »>Léonard Michon</name>, j’ajoute à l’intérieur de cette balise l’identifiant que ce personnage possède dans la BHP. Sauf erreur de conception, une base de données permet d’attribuer un identifiant unique à l’information qu’elle contient. Donc dans la BHP, Léonard Michon a pour identifiant unique « Actr47687″. Ainsi, dans mon édition numérique, chaque occurrence de Léonard Michon sera donc balisée de cette manière : <name type= »person » ref= »Actr47687″>Léonard Michon</name>.

Oui, mais ça n’explique toujours pas comment les lecteurs de ma future édition numérique pourront accéder aux informations de la base de données. Tout simplement par le fait que chaque identifiant de la BHP est déréferençable (déréférençable = on accède à une représentation de l’information, si on est un humain ce sera une page web, si on est une machine ce sera des données brutes non mises en forme). Le fait d’avoir créé une fiche pour Léonard Michon dans la base de données m’a automatiquement créé une page web rassemblant toutes les informations sur cet homme. http://symogih.org/?q=actor-record/47687 (notez dans l’URL, on retrouve l’identifiant unique 47687 de l’acteur). Sur la page web qui lui est dédiée, on apprend que Michon est né en 1675, mort en 1746, et qu’il a écrit, à partir de 1715, le Journal de Lyon : manuscrit en 7 volumes conservé aux Musées Gadagne de Lyon (ça me rappelle légèrement quelque chose)

Voilà, je vais m’arrêter là car je crois que pour un premier billet de blog, le contrat est plutôt rempli. Je ne dirai pas combien de temps tout cela m’a pris, l’important c’est que la machine soit lancée. Finalement, pour écrire, il suffit de s’y mettre !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *