Un ambassadeur perse à Lyon

Portrait de Mehemet Reza Bey (Beg), à cheval, galopant [estampe] Éditeur : A Paris chez G. Landry, rue S.t Jacques à S.t Landry (Image disponible du Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84082148/

Portrait de Mehemet Reza Bey (Beg), à cheval, galopant [estampe]
Éditeur : A Paris chez G. Landry, rue S.t Jacques à S.t Landry (Image disponible du Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84082148/

Le tricentenaire de la mort de Louis XIV a mis dans la presse un coup de projecteur sur l’année 1715, fin du règne du Roi-Soleil. C’est ce que nous présente de façon très détaillée Le Figaro Histoire d’octobre-novembre 2015. Ce qui a particulièrement attiré mon attention est l’article sur la dernière ambassade étrangère reçue par Louis XIV en février 1715 : la visite extraordinaire d’un ambassadeur perse dont nous retrouvons également trace dans le Journal de Lyon de Léonard Michon.

L’ambassadeur perse : un personnage haut en couleur

Mehmet Riza Beg a été choisi par le Châh Soltân-Hosseyn (1668-1726) pour quérir auprès de Louis XIV des accords commerciaux ainsi qu’une alliance militaire pour prendre la ville de Mascate afin de sécuriser la route commerciale du golfe persique.

Malheureusement pour lui, Mehmet Riza Beg n’est pas vraiment taillé pour l’aventure. Simple percepteur général (sorte d’intendant) de la province d’Erivan, il ne connaît pas les usages protocolaires auquel il doit normalement se soumettre. Avant même d’arriver à Paris, il est déjà connu pour ses colères noires et son caractère ingérable. Finalement après un long voyage (dont une étape à Lyon comme nous le verrons plus loin), l’ambassadeur est reçu par le roi dans la Galerie royale le 19 février 1715. Comme le détaille l’article du magazine, même si la foule et toute l’aristocratie versaillaise se pressent pour observer cette étrange délégation, la rencontre est loin d’être à la hauteur de l’évènement. Les présents apportés font pâle figure, l’harangue qu’un ambassadeur doit d’ordinaire prononcer devant le souverain se transforme en une simple conversation. Le malaise est quelque peu palpable !

De cette ambassade, on retiendra la signature d’un traité d’entente franco-persane et surtout l’ouverture d’un consulat de Perse à Marseille visant à favoriser les liaisons commerciales entre les deux royaumes. On nomma à sa tête Hagopdjan de Deritchan, marchand arménien, qui faisait partie de la délégation persane dont la fonction était précisément de surveiller les cadeaux diplomatiques pendant leur transport vers la France. Toutefois, l’activité de ce consulat ne se développera pas car le traité signé en 1715 à Versailles ne sera accepté par le Châh qu’en 1722, année de la prise d’Ispahan par les Afghans et de la fin du règne de Soltân-Hosseyn. Le pauvre consul meurt complètement ruiné en 1728 à Marseille.

L’étape lyonnaise

Dans les premières lignes de ses Mémoires qu’il débute cette même année 1715, Léonard Michon nous informe de l’arrivée à Lyon de l’ambassadeur perse et de sa suite, lesquels sont alors en route pour Paris :

Du 7e Janvier, un ambassadeur extraordinaire du Roy de Perse auprès du Roy de France est arrivé icy depuis quelques jours. C’est un homme d’une taille médiocre, bazanné, ayant toute sa barbe. Il est âgé de 55 à 56 ans et assés laid. Il passe pour être un homme dur et haut à la main. [Léonard Michon, Mémoires historiques et politiques…, tome 1 p.270]

Même dans la seconde ville du royaume, Mehmet Riza Beg ne porte pas grand intérêt aux représentants locaux. Prétextant la maladie, il refuse de recevoir l’intendant de la province du Lyonnais, Antoine-François Méliand. Le prévôt des marchands de la ville, Louis Ravat, essuie le même refus. Revenant à la charge un peu plus tard dans la journée, il est finalement reçu mais sans attention particulière.

Il a fait le malade pour ne pas avoir la visite de l’intendant, il avoit refusé de même celle du prévost des marchands, qui est revenu à la passe, & il l’a enfin receû, sans néanmoins beaucoup de marques de considération. [Ibid.]

Durant son séjour jusqu’au 9 janvier, Mehmet visite les principaux lieux de la ville :

L’ambassadeur est monté ce matin à cheval avec son domestique & la plus grande partie de sa maison qui est composée d’environ 50 personnes. Il s’est promené dans la ville, est allé dans l’église de Saint Jean voir l’horloge, puis à la place des Terreaux voir en dehors l’hôtel de ville. [Ibid.]

Dans tous ses déplacements, il est accompagné par François Pidou de Saint Olon qui fut lui-même ambassadeur de Louis XIV à l’étranger ; d’abord à la République de Gênes, en Espagne puis au Maroc où il rédigea une « Relation de l’empire du Maroc » publié en 1695.

Documents trouvés sur MehMet Riza Beg et l’ambassade perse auprès de Louis XIV

 

Pour citer ce billet : Rosemonde Letricot, "Un ambassadeur perse à Lyon," dans Prosopoly, publié le 29/01/2016, http://prosopoly.hypotheses.org/157. Visité le 24/11/2017.

2 réflexions au sujet de « Un ambassadeur perse à Lyon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *